Communiqué de presse de Sébastien Chenu, député du nord

Le cyberharcèlement est un phénomène qui se développe à une vitesse inquiétante, notamment chez les plus jeunes. Dans de nombreux cas, il prolonge et amplifie un harcèlement traditionnel qui débute au sein du milieu scolaire. Particulièrement dangereux et sournois, il ne nécessite pas une proximité immédiate entre le bourreau et sa victime. Il est donc difficile pour cette dernière d’y échapper puisque cette nouvelle forme de harcèlement se propage par tous les moyens de communication modernes : réseaux sociaux, messageries instantanées etc. qui en décuplent les effets.

J’ai déposé une proposition de loi visant à une meilleure sensibilisation contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement.
Je propose de rendre obligatoire la signalisation systématique par le chef d’établissement de tout nouveau cas de harcèlement à un référent académique spécialement désigné. Il est regrettable que par souci de préservation de la réputation de l’établissement scolaire ou simplement parce que les responsables pédagogiques pensent pouvoir traiter le problème en interne, l’académie ne soit pas toujours informée des cas de harcèlement détectés.

D’autre part, la proposition de loi prévoit de rendre obligatoire une réunion de sensibilisation annuelle contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement qui réunira les élèves, les parents d’élèves et le personnel éducatif. Cette réunion sera l’occasion de diffuser les informations indispensables à une meilleure détection du phénomène, à une responsabilisation des élèves et un accompagnement plus efficace des victimes.