Communiqué de presse de Jean-Paul Garraud, Député français au Parlement européen, Président de l’Association Professionnelle des Magistrats

Alors que l’Italie est en première ligne face à la submersion migratoire, celle-ci, par l’intermédiaire d’ordonnances du tribunal de Milan vient d’acter que la situation pandémique liée au Covid-19 doit être un facteur déterminant pour accorder une protection aux migrants déchus du droit d’asile politique.

Concrètement, le tribunal statuera au cas par cas en évaluant les risques pandémiques dans un pays sur la base d’un document fourni par le centre scientifique de l’Union européenne rattaché à la Commission européenne et, si la situation épidémique est grave dans le pays d’origine, le tribunal accordera la protection au migrant arrivé en Italie… !

En août dernier, la ministre de l’Intérieur italienne, Luciani Lumorgese, déclarait que les arrivées de migrants sur son sol avaient augmenté de 150% sur les 12 derniers mois. Force est de constater que, pour le pouvoir italien, cela n’est pas encore suffisant !

Avec de telles décisions, espérons que la répartition automatique des migrants au sein de l’ensemble des états européens, promue par Bruxelles et soutenue par l’Italie, soulèvera encore davantage de réprobations de la part d’autres pays de l’Union.

Quant à la France, évidemment, elle ne contestera rien, bien au contraire…