Communiqué de Jordan Bardella, député français au Parlement européen, vice-président du Rassemblement national

Début octobre avait été annoncée la suppression de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) et de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) qui en dépend. Nous avons appris il y a quelques jours qu’il en serait de même pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes), et ce dès janvier 2020.

Les chiffres de la délinquance, qui explose dans notre pays, ou les chiffres de la pauvreté, qui connaît également une inquiétante augmentation (400 000 Français de plus sous le seuil de pauvreté sur la seule année 2018), sont peu flatteurs et sont les résultats directs de la politique que mène Emmanuel Macron.

L’ONDRP avait activement participé avec l’INSEE à la création des enquêtes de victimisation, véritable « baromètre de la délinquance » selon son président, au plus proche de ce que vivent réellement nos compatriotes au quotidien. Désormais, seul le Ministère de l’Intérieur disposera de chiffres en la matière, et aura le loisir de les présenter comme il le souhaite…

Nous assistons donc à une opération de « verrouillage » de la part d’Emmanuel Macron et ses amis qui, sous prétexte de « simplification de l’Etat », s’attellent à casser méticuleusement les thermomètres qui pourraient mesurer objectivement et indépendamment le bilan de son quinquennat !