Communiqué de presse de Julie Lechanteux, Député français au Parlement européen

L’Élysée vient d’annoncer ses premières mesures phares concernant le déconfinement qui aura lieu le 11 mai. Le port du masque devrait être rendu obligatoire dans les transports publics.

Le gouvernement semble enfin prendre une mesure de bon sens, écoutant l’avis de l’Académie de médecine.

Cependant, ce gouvernement nous ayant habitué à l’impréparation et à prendre des mesures sans penser aux conséquences, il est de notre devoir de les anticiper.

Y aura-t-il suffisamment de masques en France à partir du 11 mai, l’État a-t-il passé les commandes nécessaires afin de pallier  la pénurie, ou va-t-il encore se décharger de toutes responsabilités sur les Maires et les collectivités locales ? Et cette mesure s’accompagne-t-elle enfin d’une campagne de dépistage massif de la population comme recommandée par l’OMS?

De plus, l’État a-t-il pensé au retour de la délinquance et de la criminalité dans les transports qui pourraient profiter du port du masque pour mieux se camoufler ?

Sur toutes ces questions le gouvernement doit apporter des réponses !

La sécurité est la première des libertés. C’est donc à l’État d’assurer la protection des Français, à la fois contre le virus et à la fois contre la racaille.