Communiqué de presse d’Aurélia Beigneux, député français au Parlement européen

A l’issue d’une commission constitutive goupillée d’avance, c’est donc Pascal Canfin qui a été désigné aujourd’hui Président de la Commission ENVI au Parlement européen, commission en charge des questions d’environnement, de santé publique et de de la sécurité alimentaire.

Pascal Canfin s’est illustré depuis le début de sa carrière en digne représentant d’une fausse écologie qui utilise tous les chantages moraux au service des traquenards fiscaux, toujours au détriment des plus fragiles. A défaut de soutenir une écologie du local et de la proximité, Pascal Canfin est de ceux qui lui préfèrent une écologie uniquement punitive, jamais pédagogique ni incitative.

Ancien soutien de Finance Watch, ONG qui luttait contre le lobbying de l’industrie financière, il est devenu la caution écolo d’un Président qui a fait carrière dans les banques d’affaires.

Ancien président de la WWF, il a choisi de soutenir le parti d’un Président dont « près de 4 Français sur 5 (78 %) estiment qu’il ne prend pas suffisamment en compte la protection animale dans sa politique » d’après un récent sondage,un Président qui défend l’abattage des loups et dont les ministres justifient les vaches à hublot.

Pascal Canfin aura donc été élu député européen sur la liste soutenue par un Président ultralibéral, fervent défenseur des traités de libre-échange à l’impact environnemental et sanitaire négatif indiscutable. Il sera dès demain au service d’une Commission européenne dont la lutte contre les perturbateurs endocriniens et la recherche d’une alternative aux pesticides les plus décriés aura été en dessous de tout.

La leçon à retenir de ce parcours des derniers mois, c’est que renier ses idéaux est manifestement devenu un certificat de qualité en Macronie.

Aurélia Beigneux, députée européenne, membre de la Commission Environnement au Parlement européen, aura avec ses collègues de la délégation RN et du groupe ID un œil extrêmement attentif sur le travail de cette commission et les textes qui y seront présentés. Ils y défendront les principes fondamentaux d’une écologie enracinée, pragmatique, au service des peuples et de leur qualité de vie, dans le respect de la bio-diversité et de la dignité des espèces animales.