Communiqué du Rassemblement National

Est-il juste de parler de nouveau gouvernement lorsque le changement se réduit à un petit jeu de chaises musicales entre les membres d’une équipe qui aura accumulé les échecs depuis trois ans.

Pour faire diversion et nourrir les commentateurs, deux nouveaux noms se détachent, Roselyne Bachelot qu’une aimable campagne de presse vraisemblablement commanditée avait tenté de relégitimer et l’avocat d’extrême gauche, Dupond-Moretti, défenseur militant des pires délinquants.

Après la désignation d’un Premier ministre tout à sa main, ce remaniement démontre la volonté d’Emmanuel Macron de ne rien changer, de ne rien écouter et de ne rien entendre à ce que les Français ont exprimé depuis des mois.

Il n’y a donc pas de « nouveau chemin », promis par le président de la République, pas plus que l’esquisse d’une volonté de se « réinventer », mais une sombre et inquiétante impasse pour les deux dernières années du mandat d’Emmanuel Macron.