Communiqué de presse de Sébastien Chenu, Député du Nord

Deux mois après l’incendie qui a dévasté la cathédrale Notre-Dame de Paris, le plus grand silence règne sur l’évolution de l’enquête judiciaire.

Dès le 15 avril, Le ministre de l’Intérieur promettait que « toute la vérité sera faite ». Le parquet de Paris ouvrait dans la foulée une information judiciaire pour « destruction involontaire par incendie », excluant a priori le motif criminel.

Deux mois plus tard, aucune conférence de presse ni aucun communiqué officiel pour informer les Français sur la progression de l’enquête confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire.

Que le contraste est abyssal entre la précipitation avec laquelle Emmanuel Macron a fait voter une loi visant à s’affranchir des règles patrimoniales habituelles dans le but de restaurer l’édifice dans un temps record pour les Jeux olympiques de 2024, et l’immobilisme dans lequel semble plongée l’enquête.

Les Français exigent légitimement d’être informés de l’évolution de l’enquête et réclament la vérité sur les causes réelles du tragique incendie de Notre-Dame de Paris.