Communiqué de France Jamet, député français au Parlement européen

Dans la droite ligne d’un plan de licenciement plus ou moins déguisé, l’entreprise de transport B2S, sous-traitant d’Amazon à Perpignan, a délocalisé en catimini dans la nuit de jeudi à vendredi pour Béziers tout son matériel roulant.

Les géants de l’e-commerce comme Amazon poussent ainsi des dizaines de milliers de salariés au chômage. Sacrifiés sur l’autel de la consommation où l’immédiateté et la « jetabilité » font loi, le principe de l’obsolescence programmée ajustée selon la versatilité des marchés s’applique à des hommes et des femmes traités comme de simples variables d’ajustement au seul profit et pour le compte de ces multinationales.

Si « consommer » est un choix de société et de civilisation qu’il appartient à chacun d’entre nous de déterminer, le combat que nous menons avec Marine Le Pen, comme nous l’avons toujours fait, s’attache au respect des conditions de travail et au maintien local des emplois pour les Français d’abord.