Le Gouvernement envisagerait de fermer près d’une cinquantaine de classes dans le Gard dès la prochaine rentrée scolaire. Je m’oppose à cette décision qui serait irresponsable.

En effet, ces fermetures conduiraient à une augmentation du nombre d’élèves par classe qui serait absurde au regard de la baisse du niveau scolaire depuis plusieurs années et de l’explosion des violences dans nos écoles. Cette décision serait également insensée en pleine crise sanitaire, qui implique le respect d’une distanciation physique et impose un meilleur suivi pédagogique des élèves face à la hausse des décrochages. Par ailleurs, la fermeture de classes compliquerait le quotidien de nombreuses familles et accélèrerait la désertification rurale.

Une fois encore, la promesse d’Emmanuel Macron de « garantir la réussite de tous et l’excellence de chacun » à l’école était de belles paroles qu’il contredit par les actes.

Je partage l’inquiétude des élus locaux, des habitants, des personnels scolaires, des élèves et de leurs parents dans notre département.C’est pourquoi j’ai formellement interpellé par « question écrite » le ministre de l’Éducation nationale : en plus de lui demander de renoncer à la suppression injustifiée de classes dans le Gard, je lui propose de conditionner toute fermeture à l’organisation d’une concertation préalable et à l’accord du maire. Dans le cadre de cette procédure parlementaire, le ministre est tenu de m’adresser une réponse.

Je ferai tout pour que le Gouvernement renonce à ces fermetures de classes inacceptables dans notre département. Les Gardois peuvent compter sur le Rassemblement National pour préserver les écoles dans nos territoires et pour défendre l’avenir de nos enfants, avec une école républicaine de proximité, du savoir et du mérite, dans laquelle sont restaurés le respect et la discipline.