Communiqué de presse d’Aurélia Beigneux, Député français au Parlement européen, Membre de la Commission environnement et de l’intergroupe relatif au bien-être animal

Partout en France, depuis le début de l’année, les actes de barbarie à l’encontre des chevaux se multiplient (oreilles coupées, yeux arrachés, attaque à l’acide et égorgement). Les mutilations de chevaux, juments, poneys et ânes sont au nombre de 15 depuis le début de l’année en France.

Ce phénomène est pris très au sérieux par la justice comme le démontre une note du Service central du renseignement territorial. Cette note recensait ainsi plus d’une dizaine de faits similaires sur des chevaux entre décembre 2018 et l’été 2020.

Alors que les actes de violence augmentent partout dans notre société, les actes de cruauté envers les animaux progressent eux aussi sur le territoire. L’ensemble de ces actes démontre un réel ensauvagement de la société contre les animaux.

Il faut espérer que les auteurs de ces actes barbares seront retrouvés et jugés avec les peines maximales, les sanctions étant habituellement extrêmement faibles. Là encore, pas de dissuasion sans sévérité de la réponse pénale et de l’application réelle des sanctions.