Mise en garde contre CNEWS : le CSA fait le contrôle du pluralisme des opinions au faciès

 

Communiqué de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais 

 

Dans une décision du 28 août dernier, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a reproché à la chaîne d’information CNEWS une absence de diversité de points de vue concernant deux débats consacrés à la tribune des militaires lors des émissions de L’Heure des Pros les 26 avril et 3 mai 2021.

A l’aune du contenu des émissions visées et de l’absence de signalements effectués à l’encontre d’autres médias qui font peu de cas du pluralisme des opinions, cette décision du CSA apparaît comme arbitraire et injustifiée. Quelle peut-être la crédibilité de cette mise en garde contre une chaîne privée, motivée par le non-respect de l’article 1er de la délibération du CSA du 18 avril 2018, quand des chaînes de radio et de télévision du service public se distinguent par un mépris total de ce même article 1er ?

Ainsi, la chaîne publique France Inter, par sa ligne éditoriale de gauche, par le choix de l’immense majorité de ses intervenants de gauche et l’idéologie dominante de ses journalistes, présentateurs et animateurs, ne veille pas au respect d’une présentation honnête des questions prêtant à controverse en assurant l’expression d’un seul et unique point de vue. Pourtant, dans ce cas, jamais le CSA n’est intervenu pour garantir la diversité des opinions et le débat des idées sur le service public qui, rappelons-le, est financé par le contribuable et par conséquent devrait veiller à la parfaite neutralité de ses programmes et à la libre expression de l’ensemble des courants d’idées présents dans notre pays.

Par ailleurs, le 24 août dernier, toujours sur la chaîne CNEWS et toujours dans l’émission L’Heure des Pros, Monsieur Laurent Joffrin, ancien patron de Libération, dont la seule présence sur le plateau témoigne d’une volonté de confronter une variété de points de vue, s’est signalé en qualifiant d’extrême droite le journal Valeurs Actuelles ajoutant même : « Bah qu’est ce qu’il y a de plus à droite ? Les nazis si vous voulez, mais à part ça ? »
A ce jour, nous n’avons pas entendu ou lu de protestation émanant de l’autorité publique de régulation pour rappeler à l’ordre Monsieur Joffrin.

Circulez, il n’y a rien à voir !