Communiqué de Presse de l’équipe de campagne de Marine Le Pen

Humilié au premier tour, Mélenchon a retrouvé le chemin du Bassin minier, cette fois pour tenter de sauver Kemel. Oubliées la condamnation solennelle du système socialiste, les déclarations sur la gauche « sans casseroles », les piques acérées contre Philippe Kemel assimilé à une bande d’incapables et de bons à rien. C’est désormais un politicien aux abois qui, tel le fils prodigue, vient refaire allégeance à ses parrains du PS.

Dans un secteur pourtant habitué aux coups de théâtre, voir Mélenchon ravalé au rang de rabatteur de voix pour les socialistes est un grand moment tragi-comique. Après la cravate rouge, Mélenchon va-t-il enfiler un tutu rose de danseuse socialiste ?

Triste destin que celui de Mélenchon, que l’orgueil a conduit ici et que seules ses névroses poussent à rester. Il est l’illustration du moment où le politique bascule dans la psychiatrie.