Communiqué Aurélia Beigneux
Député français au Parlement européen
Membre de la Commission environnement

 

Comme à son habitude, lorsqu’il s’agit de voter en faveur de mesures punitives en matière d’écologie, l’Union européenne répond présente. Malheureusement, c’est tout le secteur de l’aviation qui va pâtir des nouvelles mesures récemment adoptées.

En effet, nos chers dirigeants européens ont choisi d’imposer des quotas d’émission de CO2 de manière drastique à nos compagnies aériennes européennes. Une fois encore, ces mesures sont insoutenables et nos compagnies aériennes ne pourront pas s’y plier dans les délais imposés tyranniquement par la commission européenne.

La recherche dans le domaine de l’aviation a donné de probants résultats. Depuis des décennies, nos chercheurs ne cessent de fournir des efforts orientés vers la réduction des émissions de CO2 des avions. Au lieu de les encourager à poursuivre leurs efforts, on les décourage en faisant payer aux compagnies aériennes le prix fort.

Les technocrates et les écolos sectaires n’en ont que faire d’imposer sans cesse des restrictions irréfléchies à nos industries et à nos entreprises. Les compagnies aériennes en particulier étaient déjà exposées à la concurrence déloyale des compagnies internationales à qui l’on n’impose pas les mêmes règles. Désormais, ces compagnies aériennes se retrouvent complètement dépourvues de soutien des pouvoirs publics européens.

À cet égard, ce sera bientôt la Turquie qui se réjouira de cette mesure car elle deviendra, de par leur faute, une des places fortes de l’aviation mondiale au détriment de l’Europe.