Communiqué de Jordan Bardella, vice-président du RN, député français au Parlement européen et conseiller régional de la Seine-Saint-Denis

Emmanuel Macron s’est rendu ce mardi après-midi en Seine-Saint-Denis, pour une visite à la Maison de santé pluridisciplinaire de Pantin et au CCAS de La Courneuve. Ce département est l’un des plus gravement touchés par l’épidémie de Covid-19, et celui où le nombre de morts s’accélère le plus ces dernières semaines.

La catastrophe sanitaire en cours en Seine-Saint-Denis ne tient pas du hasard. Il apparaît que depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, les mesures ne sont pas uniformément appliquées sur l’ensemble du territoire national.
Selon d’innombrables sources médiatiques, témoignages du personnel médical ou de fonctionnaires de terrain, images circulant sur les réseaux sociaux et constatations de terrain, le confinement en Seine-Saint-Denis n’est pas aussi scrupuleusement respecté qu’ailleurs.

Cette inertie et ces carences de l’Etat laissent les Maires seuls face une crise sanitaire sans précédent, creusent le fossé entre la Seine-Saint-Denis et le reste du territoire national, et violent l’égalité de traitement que l’on est en droit d’attendre d’un Préfet entre les habitants de son département et ceux des autres départements français. Ce laxisme a des conséquences graves et immédiates pour la sécurité sanitaire, y compris pour ceux qui, à titre personnel, sont respectueux du confinement.

En connaissance des particularités sociales, sécuritaires et culturelles du département, l’Etat – par l’intermédiaire du Préfet de Seine-Saint-Denis – a renoncé, d’une part, à faire appliquer strictement les mesures de confinement sur l’ensemble du territoire. D’autre part, aucune disposition spécifique qui s’impose devant la situation actuelle n’est utilisée ; c’est même le contraire, comme le démontre l’injonction donnée à la maire d’Aubervilliers de retirer son arrêté de couvre-feu pris sur la commune.

Par requête en référé-liberté déposée ce jour au Tribunal administratif de Montreuil, j’enjoins sous astreinte le Préfet de Seine-Saint-Denis à assurer la sécurité sanitaire des habitants en faisant respecter et appliquer dans le département les mesures relatives à l’état d’urgence sanitaire, notamment le confinement, et en instaurant des mesures plus restrictives au regard des circonstances locales particulières, comme l’instauration d’un couvre-feu.

L’égalité républicaine de traitement des habitants de Seine-Saint-Denis, leur santé, et la sécurité sanitaire de l’ensemble du pays sont en jeu !