Après le chaos entraîné par les interventions de l’Europe de Bruxelles lors de cette crise sanitaire, le Parlement européen a voté le 8 juin 2021 en faveur de la mise en place du « certificat COVID numérique de l’UE ». Celui-ci, accepté dans l’ensemble de l’UE, sera disponible au format numérique et papier et attestera d’une vaccination contre le Covid, d’un test négatif, ou bien encore d’une rémission.

De l’aveu officieux des négociateurs du Parlement, le résultat de cet accord provisoire est décevant, mais devrait être avalisé pour « pouvoir communiquer vers l’extérieur » et ainsi tenter de démontrer que l’UE était bénéfique pour les Européens.

Son principal objectif est de rendre inutiles de nouvelles restrictions imposées par les États membres concernant les déplacements des titulaires de ces certificats. Mais, comme les États pourront continuer légitimement à mettre en place de telles mesures restrictives afin, par exemple, de lutter de manière efficace contre la diffusion de nouveaux variants, le certificat européen n’a aucune valeur ajoutée. Il est, de fait, totalement inutile.

L’UE, qui a géré lamentablement cette crise, continue de complexifier et de bureaucratiser cette gestion pour exister tout en dilapidant l’argent des Européens, ce certificat coûtant la bagatelle de 54 millions d’euros !