Communiqué de presse d’André Rougé, Député français au Parlement européen, Délégué national à l’Outre-mer du Rassemblement National

Ce lundi 8 juin à Bruxelles, M. André Rougé, député français au Parlement européen et délégué national à l’Outre-mer du Rassemblement national, est intervenu en Commission du Développement régional, présidée par Monsieur Younous OMARJEE, afin d’interroger Madame Elisa Ferreira, Commissaire chargé de la cohésion et des réformes, sur le plan de relance, la nouvelle proposition de Cadre Financier Pluriannuel (CFP) et l’avenir de la politique de cohésion.

M. André Rougé a tenu à attirer tout spécialement l’attention de Madame le Commissaire sur la situation des départements français d’Outre-mer, dénommés régions ultra-périphériques (RUP) par l’Union européenne, et pour lesquels le Gouvernement de Monsieur Edouard Philippe n’a pas su prendre les bonnes décisions.

En effet, les départements français d’Outre-mer ont été péniblement et sévèrement touchés.

D’un point de vue sanitaire d’abord, puisque les départements de Mayotte, de la Réunion et de Guyane ont dû affronter une épidémie de dengue, au moins aussi mortifère que celle du COVID19.

Les départements de Guadeloupe et de Martinique ont été confrontés à de très graves problèmes d’adduction d’eau.

Nos compatriotes de Guyane ont dû, en plus de la double épidémie, faire face à de terribles intempéries qui ont très gravement accablé leurs équipements.

L’économie, souvent liée au tourisme et donc au transport aérien encore interrompu, est en passe de s’effondrer.

M. André Rougé a donc demandé au Commissaire européen la part que la Commission européenne entend accorder aux départements d’Outre-mer.

Dans sa réponse au député André Rougé, Madame Elisa Ferreira a notamment indiqué que dans le cadre du concours de la Commission européenne, il pourrait être tenu compte des situations spécifiques et qu’un apport supplémentaire serait attribué aux régions ultra-périphériques, au regard de l’article spécifique du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

Cette réponse positive est un premier pas et M. André Rougé s’assurera, avec la plus grande vigilance, que les actes suivront cette promesse afin que les départements français de l’Outre-mer bénéficient des mesures les plus efficaces pour leur venir en aide.