Communiqué de presse de Dominique Bilde, député français au Parlement européen

Nous apprenions cette semaine qu’une nouvelle usine s’apprête à ouvrir ses portes à Hambach en Moselle. C’est le Norvégien REC Solar qui prévoit d’y investir 680 millions d’euros, et d’engager plus de 1800 personnes pour y construire des panneaux photovoltaïques.

Cette annonce fait écho à la fermeture de l’usine Smart, également à Hambach, décidée par le groupe allemand Daimler il y a quelques semaines déjà. Le motif : la délocalisation de la fabrication des emblématiques petites citadines vers la Chine.

Alors que les Mosellans s’apprêtaient à vivre un véritable drame social, les autorités annonçaient qu’un repreneur avait été trouvé. Il s’agissait de l’Anglais Inéos qui prévoit d’y construire des voitures.

Deux bonnes nouvelles dont il faut se réjouir, d’autant plus que la région est touchée de plein fouet par des pertes d’emplois en cascade.

Alors que nos élites nous vendent l’Union européenne comme seule planche de salut, battant la mesure médiatique avec le fumeux « couple franco-

allemand » comme horizon politique indépassable, tout ceci devrait nous inciter à réfléchir.

Alors que les Allemands délocalisent sans vergogne leur appareil productif vers d’autres cieux, faisant primer leur intérêt national qui consiste à faire tourner leur industrie à plein régime en dépit de toute solidarité avec la France, voici que la Norvège et le Royaume-Uni viennent s’installer chez nous alors qu’ils ne font pas partie de l’Union européenne, eux !

Les relations économiques entre nos nations dépassent donc largement les prescriptions moralisatrices d’une Commission à bout de souffle, tout en faisant fondre comme neige au soleil les mythes européistes qui animent nos pseudo-élites.

L’Europe existe, mais en dehors des institutions qui la cadenassent !

Hambach en est la preuve !