Communiqué de presse de M. André Rougé, Député français au Parlement européen, Membre de la Commission du développement régional, Délégué national à l’Outre-mer du Rassemblement National.

 

En assemblée plénière du Parlement européen, j’ai interpellé ce mercredi 23 juin le Président Sassoli lors des débats portant sur divers textes, notamment celui concernant le FEDER.

En premier lieu, j’ai rappelé que la loi d’Hondt établissant la répartition des postes exécutifs dans les commissions avait été délibérément bafouée dans le but exclusif de priver les députés du Groupe Identité et Démocratie, dont fait partie le Rassemblement National, de toute représentation au mépris du résultat des urnes.

En second lieu, j’ai protesté contre le fait que pour que nos compatriotes d’Outre-mer reçoivent 1,5 milliard d’euros au titre du FEDER, j’ai dû voter 11,3 milliards d’euros pour les migrants.

En effet, j’ai rappelé que ces millions d’êtres humains sont victimes de passeurs, sont esclaves des temps modernes, et constituent une main d’œuvre à bas coût pour des multinationales délocalisées qui s’enrichissent toujours plus grâce aux traités internationaux et contribuent à détruire notre planète, nos nations et nos peuples.

En ayant recours à un artifice de procédure de vote bloqué du « tout ou rien » qui relève d’un totalitarisme insidieux et sournois, l’Union européenne prend les Français d’Outre-mer en otage en nous contraignant à voter en faveur d’une incitation à l’immigration.

À l’évidence, la démocratie est confisquée dans l’hémicycle européen, prétendu temple de la tolérance, des droits de l’homme et de l’environnement.

Nous n’accepterons plus cette schizophrénie politique qui détruit la planète !