La France anti-éoliennes bâillonnée par des décrets expérimentaux

| Communiqués - 3 février 2019
  • Julien Odoul

Communiqué de presse de Julien Odoul, Président du groupe Rassemblement National au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Membre du Bureau National

Alors que 70 % des projets éoliens sont légitimement combattus devant les tribunaux, un décret promulgué le 29 décembre dernier, vient casser toute possibilité de contestation administrative, en imposant la suppression des enquêtes préliminaires et leur remplacement par une « consultation citoyenne » sous forme de vote électronique.

Cette mesure proposée à titre expérimentale dans les régions Hauts-de-France et Bretagne est en droit de nous interroger et de nous inquiéter. En effet, les éoliennes sont le plus souvent implantées dans des territoires ruraux dépourvus de réseau internet. Cette consultation électronique ne permettra pas aux habitants directement touchés par les projets de se faire entendre pour rejeter l’encerclement de leur village et le pourrissement de leur cadre de vie.

Ce dispositif vient compléter un autre décret du 28 novembre 2018 qui contraint les associations anti-éoliennes de s’adresser à la cour d’appel et par conséquent de prendre obligatoirement un avocat. Cela limitera de facto les marges de manœuvre des associations qui n’ont pas les ressources pour s’engager dans des procédures couteuses.

Ces deux décrets témoignent de la volonté absolue du gouvernement de favoriser par tous les moyens le business des lobbys éoliens et autres charlatans du vent en faisant taire les oppositions grandissantes.

Face à la destruction programmée et irréversible de nos territoires, le Rassemblement National demande un moratoire immédiat sur l’éolien et l’organisation de référendums locaux dans toutes les communes de France impactées par ce fléau

Par |2019-02-04T10:54:23+00:003 février 2019|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Julien Odoul
Julien Odoul