Communiqué de Julie Lechanteux, Virginie Joron et Jean-François Jalkh, Députés européens du Groupe Identité & Démocratie

Le Parlement européen, réuni en session plénière cette semaine, a soumis au vote l’approbation des comptes du budget 2019 de l’Union européenne, concernant le Parlement européen, élaboré par la Commission parlementaire du Contrôle budgétaire.

Le député Rapporteur, du groupe PPE dont font partie les députés LR, et la commission de Contrôle présidée par un député allemand du PPE, en ont profité pour insérer dans le texte un paragraphe entier consacré à la fermeture du siège du Parlement européen de Strasbourg, au bénéfice du siège de Bruxelles. Pour se justifier, le texte use et abuse d’arguments iniques, prétextant un souci de gains économiques, alors que chacun sait que la gabegie est ailleurs. Ils prétextent d’ailleurs que le Parlement de Bruxelles ne serait plus adapté et ils projettent de le reconstruire pour près de 500 millions d’euros.

Une nouvelle fois les députés du Rassemblement National au Parlement européen ont voté CONTRE cette partie de texte séditieuse.

Et après analyse des votes, il apparaît qu’une majorité de députés s’est prononcée POUR ce paragraphe nommé « Dispersion géographique du Parlement – siège unique ».

En revanche, nous avons la volonté de réduire les coûts économiques et environnementaux, et nous faisons donc la proposition de réunir la totalité des activités du Parlement européen dans le siège unique de Strasbourg, siège historique.

Rappelons que la France est un État fondateur des institutions européennes et un État contributeur net au budget de l’Union européenne.
La ville de Strasbourg accueille le Conseil de l’Europe, la Cour européenne des Droits de l’Homme ; c’est une manne économique indispensable pour notre territoire.

Jamais son siège ne doit être transféré, pour « un caprice des Dieux » !

Enfin, nous constatons une fois de plus que la voix d’Emmanuel Macron n’est pas écoutée en Europe, la preuve en est avec le vote POUR, de nombreux députés du groupe RENEW dont font partie les députés LREM.

Il est donc plus que temps, que la voix diplomatique française retrouve sa grandeur et son rang, qui ne pourra se faire que par la voix de sa future Présidente, Marine Le Pen.