Communiqué de presse de Ludovic Pajot, député du Pas-de-Calais

La mission d’information de l’Assemblée nationale vient de rendre un rapport édifiant sur l’infiltration de l’islam radical au sein des services publics français.

Services publics régaliens avec la police ou les services de sécurité privée, le transport public terrestre ou aérien, les services de santé, l’enseignement supérieur, la pratique sportive… aucun domaine n’est épargné ! Le rapport recense pas moins de 21 039 personnes inscrites au Ficher de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, constituant ainsi autant de bombes à retardement. Sachant que sur ces personnes, sont recensées pas moins de 10 092 fiches actives.

Les auteurs de ce rapport ne font que pointer un phénomène que nous dénonçons depuis bien longtemps, avec il faut le dire un sentiment de solitude dans le concert politique. Oui, le fondamentalisme islamiste grignote jour après jour des pans entiers de notre société, menaçant ainsi directement notre pacte social et notre laïcité. La récente affaire du burkini à Grenoble n’en est que l’énième illustration.

Face à cette situation menaçant directement la sécurité de nos compatriotes, l’Etat doit prendre enfin des mesures fortes. La première d’entre elles doit être le démantèlement des réseaux islamistes et la fermeture de l’ensemble des mosquées salafistes. Mais ces dispositions urgentes doivent s’accompagner dans le même temps d’une tolérance zéro envers la multiplication des revendications communautaristes. Ce n’est que par une attitude forte et intransigeante des pouvoirs publics que la préservation de notre cohésion nationale pourra être assurée.