La France est en état de choc ce soir après avoir découvert les images de la cathédrale Notre-Dame de Paris en feu alors que commence pour les chrétiens la Semaine Sainte qui précède Pâques.

Notre-Dame est à la fois un symbole de notre civilisation chrétienne à travers le monde depuis le XIIe siècle, mais aussi un joyau de l’architecture gothique avec ses arcs-boutants si caractéristiques qui ont permis de percer de vitraux ses murs et d’y faire pénétrer la lumière. Notre-Dame de Paris est une oeuvre d’art totale, un livre de pierre, un reflet de l’éternité qui inspirera le célèbre roman de Victor Hugo. Ce dernier initiera un mouvement de sensibilisation des Français au destin de la cathédrale qui avait connu de graves dégradations lors de la révolution française (destruction des sculptures, mobilier et oeuvres). Elle sera restaurée à la fin du XIXe siècle par l’architecte Viollet-le-Duc.

Derrière ses murs, elle abrite des oeuvres et du mobilier remarquables, tels que le grand orgue, des peintures de Charles Le Brun, ainsi que des reliques comme la couronne d’épines rapportée de Constantinople par le roi Saint Louis au XIIIe siècle. Leur destruction serait terrible et nous ne pouvons que saluer le courage des pompiers qui oeuvrent au péril de leur vie pour sauver ce trésor de notre histoire et de notre patrimoine.

Beaucoup de questions se posent ce soir sur l’origine de l’incendie alors que des travaux de restauration au niveau de la charpente étaient en cours.

Il faut savoir que tous travaux engendrant la production d’éléments inflammables nécessitent un permis de feu rédigé par l’exploitant du site. Chaque jour d’activité du chantier, un permis de feu est accordé. En fin de journée, il est obligatoirement procédé à une vérification du chantier afin de s’assurer qu’aucun élément ne risque de s’enflammer.

Il a été indiqué que les flammes se sont déclarées après que le chantier a été libéré. Il faudra obtenir des réponses suite à l’enquête qui a été ouverte afin de savoir si ces règles ont bien été respectées ou s’il peut s’agir d’un incendie criminel, alors que le 17 mars dernier l’église Saint-Sulpice de Paris était victime d’un incendie d’origine criminelle.