Une vidéo connait un certain succès sur les réseaux sociaux (cf. mon compte Twitter) : on y voit un migrant marocain arriver à Cayenne, interrogé par un média local.

Ses premiers mots concernent ses droits… !

Très vite, une foule s’agglutine autour de lui et une brave dame guyanaise se met à l’invectiver, lui expliquant que les Français n’en peuvent plus, que le Maroc est un pays où règne le calme et où la population dispose de droits et, qu’aujourd’hui, compte tenu de cette vague migratoire, ce sont les Français de Guyane qui en pâtissent.

Cette vidéo est tout à fait représentative de l’état d’esprit prédominant, actuellement, en Guyane.

En début de semaine, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant la préfecture pour manifester contre la violence, l’immigration et des mesures sanitaires à géométrie variable.

Alors qu’en Guyane les Français sont claustrés dans leur collectivité, quasiment sans aucune possibilité de voyager, soumis à des mesures strictes d’isolement et que les frontières sont fermées, l’arrivée en masse de migrants syriens, cubains, vénézuéliens a déclenché l’ire de la population.

Appréhendés dans les rues par les citoyens de Cayenne, bon nombre de migrants ont été ramenés manu militari devant la préfecture.

Le représentant de l’Etat, claquemuré dans les locaux de la préfecture, n’a daigné recevoir personne.

De nouveaux appels à la mobilisation ont été lancés.

Pendant ce temps et après les élections sénatoriales le soi – disant, ministre de l’Outre-mer, Sébastien Lecornu fait campagne en Normandie, donne des entretiens aux médias pour dire tout le mal qu’il pense du Rassemblement National.

On a vu des ministres plus impliqués et plus efficaces !