Communiqué de presse du Rassemblement national

Alors que la France est enlisée depuis 14 mois dans une crise sociale sans précédent, expression de la juste colère des classes moyennes et populaires épuisées par la perpétuelle politique d’austérité, le gouvernement appliquera dès le 1er février une augmentation de 2,4% des tarifs de l’électricité.
Une nouvelle hausse qui vient s’ajouter à celles déjà opérées en juin et août 2019.

Ce ciblage permanent des plus modestes, illustré il y a quelques jours encore par la baisse inédite à 0,5 % du taux du livret A, est inacceptable au moment où les Français réclament à cor et à cri un répit fiscal et une prise en compte de leurs revendications sur le pouvoir d’achat.

Cette inflation permanente du prix de l’électricité doit également alerter les Français sur le modèle désastreux de la libéralisation du secteur de l’énergie imposée par l’Union européenne et la doxa ultralibérale, qui entraîne inéluctablement la casse du service public et a contribué depuis plusieurs années de hausse à faire passer la France d’une énergie bon marché à une énergie de plus en plus onéreuse.

Le Rassemblement national appelle le gouvernement à la raison et à revenir sur cette scandaleuse hausse.

Il rappelle par ailleurs que Marine Le Pen avait demandé en 2017 une baisse immédiate des tarifs du train, de l’électricité et du gaz de 5%, mesures d’urgence de soutien au pouvoir d’achat qui demeurent plus que jamais d’actualité.