Communiqué de presse de Mylène TROSZCZYNSKI, Député français au Parlement européen – Conseiller régional des Hauts-de-France

On apprend aujourd’hui que 500 migrants sur les 1.800 du camp de Grande-Synthe vont être installés en Picardie, ceci évidemment toujours aux frais du contribuable !

Ce transfert s’est évidemment fait en catimini et dans le dos des concitoyens puisqu’à l’arrivée de ces clandestins rien n’avait fuité. Les maires de Château-Thierry, dans l’Aisne ; Friville-Escarbotin, Longueau et Moreuil, dans la Somme et Beauvais, Creil, Nogent-sur-Oise et Choisy-au-Bac, dans l’Oise ; se sont bien gardés d’en aviser leur population.

Et même si on nous annonce que tout ceci est provisoire, on sait très bien qu’avec l’arrivée de l’hiver, ce qui est provisoire risque de s’éterniser.

Les villes et villages de l’Oise réquisitionnés aujourd’hui pour accueillir ces migrants prouvent qu’aucun coin de France ne sera épargné avec le risque de ghettoïsation, de communautarisme, de délinquance et pour finir, la fuite des habitants.

Alors que la France compte 9 millions de pauvres, que la Picardie-Nord-Pas-de-Calais est la région la plus pauvre et celle qui compte le plus grand nombre de chômeurs, ces répartitions secrètes de migrants à travers notre région ne sont plus tolérables !

Le Rassemblement National demande le rétablissement des contrôles aux frontières, la mise en place intensive des reconduites aux frontières et l’arrêt du laxisme en matière de politique migratoire !