Communiqué de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

L’Union européenne s’apprête à se ridiculiser en nommant deux commissaires qui ne serviront à rien. Comment en est-on arrivé à cette étrange décision ? Deux commissaires viennent d’abandonner leurs fonctions en raison de leur élection au Parlement européen. Leurs États, la Roumanie et l’Estonie, ont décidé de proposer des successeurs, contrairement à l’avis du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, pour une fois bien inspiré, qui estimait inutile de pourvoir les postes vacants dans la mesure où le mandat de la Commission qu’il préside expire le 1er novembre, ce qui ne donne pas le temps de confier le moindre dossier aux nouveaux entrants.

Ces deux nouveaux commissaires seront tellement inutiles que Juncker ne leur a confié aucun portefeuille, c’est-à-dire aucune mission. La commission des Affaires juridiques du Parlement européen devait donner son feu vert à cette mascarade. Ce qu’elle fit lors de sa réunion du 24 juillet, malgré mes protestations.

Elle aurait dû s’opposer à ces deux nominations qui ne servent à rien, sauf à verser de somptueuses retraites à vie à leurs bénéficiaires. C’était d’autant plus facile à faire que son rôle était de vérifier l’absence de conflits d’intérêts des candidats par rapport à leurs futurs portefeuilles. Or, faute de portefeuilles attribués, cette vérification était impossible à effectuer. Je proposais donc, pour cette raison, de bloquer le processus de nomination.

Comme d’habitude, la commission des Affaires juridiques a préféré jouer les Ponce-Pilate, et transmettre le dossier – sans le bloquer – à l’instance supérieure. J’ai été le seul membre à m’opposer à cette décision scandaleuse au nom du groupe Identité et Démocratie. Tous les autres groupes politiques, y compris celui d’extrême-gauche représenté par Manon Aubry en personne, ont endossé la responsabilité d’accepter cette ignominie !

Une fois de plus, le groupe Identité et Démocratie prouve qu’il est la seule force qui a le courage de s’opposer aux décisions délirantes de l’Union européenne.