Communiqué de presse de M. André Rougé, Député français au Parlement européen, Membre de la Délégation pour les relations avec la République fédérative du Brésil, Délégué national à l’Outre-mer du Rassemblement National.

 

Face au dangereux variant brésilien de la COVID-19, la France doit fermer ses frontières avec le Brésil sans que la Guyane ne soit oubliée !

 

Alors que le variant brésilien de la COVID-19 se propage à grande vitesse et que sa dangerosité paraît supérieure aux autres souches du coronavirus, la France ne prend aucune mesure efficace pour éviter sa propagation sur son territoire au seul motif, selon M. Djebarri, ministre délégué aux Transports, que le droit ne le permet pas.

Pourtant, le Portugal a suspendu ses vols avec le Brésil et la Grande-Bretagne l’a placé sur sa liste rouge.

En effet, la triste expérience de la contamination accrue par le variant britannique est là pour nous rappeler qu’il ne faut que trois mois à un variant pour qu’il ne devienne prédominant.

Tous les éléments en possession des scientifiques attestent d’une dangerosité manifeste de ce variant brésilien, à tel point que l’épidémie est devenue hors de contrôle au Brésil qui déplore plusieurs milliers de décès chaque jour.

En dépit de ce contexte alarmant, le gouvernement du président Macron ne tient aucun compte de ce danger et ne prend aucune mesure visant à limiter la propagation de ce variant dans notre pays.

Pourtant, il en va bien évidemment de la sécurité sanitaire de la France métropolitaine, mais également de celle de la Guyane qui compte 730 km de frontière avec le Brésil, ce que le gouvernement du président Macron semble avoir oublié !

En conséquence, il faudrait que soient immédiatement prises les mesures suivantes:

– Renforcement des contrôles massifs aux frontières franco-brésilienne et franco-surinamienne ;

– Suspension immédiate des liaisons aériennes et portuaires entre le Brésil et tous les territoires de la République française ;

– Pour les voyageurs venant du Brésil et qui transitent par un autre pays, test PCR négatif

obligatoire de moins de 72h.

À défaut, le développement du variant brésilien anéantira l’espoir de nos compatriotes de retrouver une vie normale avant l’été.

Gouverner c’est prévoir et voir large et loin ! Il est grand temps que le gouvernement du président Macron cesse la navigation à vue et réagisse enfin !