Communiqué de Presse d’Eric Domard, Conseiller aux sports, Membre du Bureau Politique

Alors que le peuple des « sans-dents » est racketté et dépouillé fiscalement par le gouvernement socialiste, l’Assemblée nationale vient d’adopter dans la nuit, en catimini, une exonération fiscale pour tous les événements sportifs internationaux attribués à la France avant la fin 2017.

Principal bénéficiaire, l’Euro 2016 de football et l’UEFA, organisatrice de la compétition qui vient de décrocher le jackpot.

Cette opération financière a été approuvée sans discuter par la majorité socialiste tout autant que l’UMP qui avait accepté, à l’époque, cette condition avancée dans le cahier des charges par l’UEFA.

Ce cadeau fiscal est bien évidemment un scandale au moment où les restrictions budgétaires frappent des domaines régaliens de l’Etat et alors même que l’organisation d’un tel événement, a déjà coûté au contribuable français, près de 2 milliards d’euros ( 1.6 milliard pour la rénovation des stades et 400 millions pour l’accès et les transports).
Il est d’autant plus inacceptable que l’opulente UEFA va se gorger d’environ 1 milliard d’euros de recettes pour lâcher en contrepartie une aumône de 2 millions aux 10 villes hôtes de la compétition.

Suffisant pour Alain Juppé, président du Club des sites d’accueil de l’Euro 2016, qui feint d’oublier que ses amis de la Commission européenne viennent de priver les villes françaises du bénéfice de la taxe sur les spectacles sportifs, opportunément remplacée par une TVA sur les billets d’entrée.

Le système UMPS qui sait frapper à bras raccourcis sur les classes moyennes et populaires quand il s’agit de leur faire payer sa folle politique d’austérité, accepte de s’asseoir sur quelque 200 millions d’euros de recettes fiscales pour satisfaire aux exigences de l’UEFA et de s’essuyer au passage les pieds sur le principe constitutionnel de l’égalité devant l’impôt.

Si l’organisation de compétitions sportives peut être en soi une bonne chose, elle ne peut se faire à n’importe quel prix et au détriment de l’intérêt des Français.

Le Front National dénonce cette décision prise alors même qu’il est aujourd’hui démontré que ce type d’événement sportif rapporte moins qu’il ne coûte au pays organisateur et que la facture présentée aux Français, est bien trop lourde au vu de la situation économique et sociale désastreuse de la France.