Communiqué du Collectif Mer et Francophonie

Depuis le début du mois, près de 41 professionnels mahorais de la mer s’émeuvent du désastre écologique qui se produit actuellement dans la lagon de Mayotte où, disent-ils, la vie du lagon est “exterminée”. Dans une pétition, ils mettent en évidence les pratiques totalement illégales qui ont conduit à cette catastrophe. La première d’entre elle est l’absence de réel contrôle des navires qui pêchent dans le lagon mahorais sans aucune considération pour les réglementations. En particulier dans le domaine de la pèche au filet, réservée en principe aux professionnels, nombre de fraudeurs utilisant de fausses plaques d’immatriculation et n’ayant aucune idée de son maniement, détruisent de ce fait la ressource halieutique.

Une fois encore, Mayotte, département français, est victime des scandaleuses inégalités territoriales et montrent l’impréparation des différents gouvernements face aux problèmes de Mayotte. Ce triste épisode de l’anéantissement de la ressource halieutique à Mayotte n’est qu’une autre facette de l’insécurité endémique de ce territoire.

Le Collectif Mer et Francophonie rappelle l’importance pour la France de préserver son patrimoine marin contre les pillards. De même, il demande urgemment le rétablissement de l’ordre républicain sur le département de Mayotte, laissé à l’abandon par le gouvernement. Les mahorais ne sont pas des sous-français, ils doivent pouvoir jouir des mêmes droits et de la même quiétude que tous les autres citoyens.