Communiqué de presse de Monsieur André Rougé

Député français au Parlement européen

Groupe Identité et Démocratie (ID)

Membre de la Commission du développement régional

Délégué national à l’Outre-mer et membre du Bureau National du Rassemblement National

 

Marine Le Pen a été la première à dénoncer la gestion calamiteuse de la pandémie tant par l’Union européenne que par le président Macron et le gouvernement français. Les confinements et l’auto-isolement généré par une communication anxiogène ont bloqué, en France, l’accès au soin des personnes les plus vulnérables.

Face à cette cinquième vague et selon l’OMS, 500 000 personnes pourraient mourir de la Covid en Europe d’ici le mois de février. Cette reprise épidémique est due également à une baisse certaine de l’immunité vaccinale chez les sujets ayant reçu leur deuxième injection depuis plus de six mois.

La réponse à cette nouvelle vague n’est pas fondée sur un renforcement des soins, mais sur des mesures coercitives et liberticides qui amènent le département français de la Guadeloupe à la crise sans précédent que nous connaissons aujourd’hui.

Au pays de Pasteur, nous n’avons toujours pas de médicament antiviral sous forme de comprimés, délivré en médecine et capable de bloquer la réplication du virus dès le contact infectieux. Quand les gouvernements et l’Union européenne vont-ils anticiper et prendre toutes les mesures nécessaires pour vacciner rapidement et développer un médicament antiviral pour bloquer la réplication du virus ?