Communiqué de Sébastien Chenu, député du Nord

Ce 15 avril, à l’issue du Conseil des ministres, des mesures de soutien aux personnels hospitaliers ont été annoncées et il faut s’en féliciter. Cependant, rien n’a été prévu pour les infirmières libérales qui sont également au front dans la lutte contre le Covid-19. Les infirmières libérales sont une nouvelle fois les grandes oubliées de la politique de santé du Gouvernement. Pourtant, en se déplaçant quotidiennement au domicile de leurs patients et en assurant ainsi un maillage complet du territoire, elles permettent de limiter autant que possible les tensions dans les services hospitaliers. Chacun connaît leur dévouement pour leurs patients et leur mobilisation de chaque instant dans des conditions de travail souvent difficiles. Les infirmières libérales exercent leur mission avec passion et ne comptent pas leurs heures, parfois au détriment de leur vie de famille. Face au Covid-19 et avec du matériel de protection en quantité insuffisante, elles mettent leur santé en danger pour assurer la continuité du suivi sanitaire de leurs patients.
Ainsi, le manque de considération du Gouvernement à l’égard d’une profession stratégique n’est pas justifiable. C’est pourquoi j’ai pris l’initiative d’écrire au Premier ministre, au ministre de la Santé et au ministre de l’Action et des comptes publics pour leur demander que soient prises dans les plus brefs délais des mesures financières significatives pour récompenser les infirmières libérales. C’est aussi grâce à leur mobilisation que notre système de santé tient le coup durant cette crise sanitaire inédite. L’ensemble des personnels soignants, qu’ils exercent en libéral ou dans les services hospitaliers, doivent bénéficier de la reconnaissance de la nation.