Le conflit d’intérêts disqualifiant M. Delevoye et révélant les dessous de la réforme des retraites, la collusion avec des intérêts privés, celui-ci vient d’annoncer sa démission du poste de haut-commissaire aux retraites.

L’oubli de 13 mandats dans sa déclaration d’intérêt à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, auquel seul le Premier ministre semblait encore croire, rendait cette démission tardive indispensable.

Si le gouvernement espérait encore imposer sa réforme en faisant sauter un fusible, il fait fausse route. Au-delà du cas personnel de M. Delevoye, les Français attendent une décision politique face à une réforme qu’ils rejettent massivement.

Celle-ci ne peut passer que par le recours au référendum.