Communiqué de presse d’André Rougé, Député français au Parlement européen, Délégué national à l’Outre-mer du Rassemblement National

Ce lundi 6 juillet, la Commission du développement régional (REGI) notamment en charge de l’outre-mer, au sein de laquelle je siège, a examiné le Fonds pour une Transition Juste, grand projet écologique européen de Madame Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne.

J’avais déposé cinq amendements concernant le chlordécone, les algues Sargasses, l’adduction d’eau, la lutte contre l’épidémie de dengue et l’aide à la production locale des très petites et moyennes entreprises.

Ces amendements visaient à mettre en oeuvre tous les moyens permettant :

– De décontaminer les sols, sous-sols et cours d’eau de Guadeloupe et de Martinique pollués par le chlordécone ;

– De lutter plus efficacement contre la prolifération des algues Sargasses ;

– De mettre l’accent sur la nécessaire modernisation des réseaux d’eau potable aux Antilles ;

– D’encourager des projets de désinsectisation massive pour lutter contre les épidémies de dengue ;

– Et enfin, de permettre des investissements dans les petites et moyennes entreprises afin d’encourager la production locale.

La Commission présidée par Monsieur Omarjee, Député réunionnais de la France Insoumise, n’a pas jugé bon d’examiner ces amendements.

J’en conclus que les conditions de vie environnementales des Français d’Outre-mer ne sont pas au centre des préoccupations de l’Union européenne et de Monsieur Younous Omarje