Communiqué de presse de Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales

J’ai récemment interrogé madame la garde des sceaux sur le nombre de binationaux incarcérés en France. En réponse à une question posée par le député de l’Yonne Guillaume Larrivé, le ministère de la Justice révélait l’an passé que 14 964 ressortissants étrangers étaient détenus dans les prisons françaises, sur un total de 69 077 détenus au 1er février 2017, ce qui porte la part des étrangers à 22 % de l’ensemble. Parmi eux, quatre pays d’origine rassemblaient 42 % de l’ensemble des ressortissants étrangers. Il s’agissait de l’Algérie (1 954 détenus), du Maroc (1 895), de la Roumanie (1 496) et de la Tunisie (1 102). On comptait également 15 Américains, 157 Chinois, 63 Allemands, 2 Japonais, 18 Suisses, 10 apatrides, 43 personnes dont la nationalité n’est pas renseignée et 23 dont elle est inconnue. Quelle ne fut donc pas ma surprise d’apprendre que seuls 312 détenus en France détenaient une autre nationalité en plus de la nationalité française. Des chiffres qui semblent anormalement bas et tiennent sur la seule déclaration du ministère. Serait-il possible que l’Etat se moque ouvertement de la représentation nationale, partant, des Français ?