Communiqué de presse de Jean-Paul Garraud, Député français au Parlement européen, Président de l’Association Professionnelle des Magistrats

Les résultats présentés dans le rapport sur l’efficacité du « code de bonnes pratiques contre la désinformation » appliqué par les plateformes en ligne ne satisfont pas la Commission européenne.

L’Union européenne reproche notamment aux réseaux sociaux d’omettre de transmettre des informations et donc de ne pas lutter correctement ou suffisamment contre les “fake news”.

À ce titre et à ce prétexte, l’Europe de Bruxelles entend en réalité durcir encore un peu plus son contrôle et donc son pouvoir de censure.

Alors que la censure en ligne n’a jamais atteint un niveau aussi important, la Commission annonce clairement que, sous couvert de chasse aux fausses informations, la liberté d’expression en ligne se résumera à sa plus simple manifestation, une expression étroitement surveillée par la censure idéologique de Bruxelles…