Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire Général

Le militant socialiste Benjamin Biolay a cru bon d’ironiser dans son nouvel album sur la mort de Jean-Pierre Stirbois, illustre secrétaire général du Front National de 1981 à 1988 et modèle en matière d’enracinement local et de respect des militants.

Mort il y a maintenant 24 ans quasiment jour pour jour, Jean-Pierre Stirbois était un bourreau de travail, un militant passionné et plus que tout un authentique opposant au système, bref tout l’opposé de ce qu’est Benjamin Biolay, rebelle en peau de lapin qui a reçu l’agrément de la classe dominante.

On verra dans les propos de Benjamin Biolay les signes évidents d’un complexe d’infériorité ou d’une admiration refoulée à l’égard des militants du Front National. Entre le confort d’être du côté du manche et l’honneur de mettre sa peau au bout de ses idées, il y a effectivement un fossé.