France Jamet,

Député français au Parlement français,

Membre de la commission de la pêche

 

Depuis des mois, et plus encore avec le début du conflit russo-ukrainien, le secteur de la pêche est confronté à de très graves difficultés économiques, liées notamment à l’augmentation sans précédent des coûts du carburant, qui contraignent de plus en plus d’armateurs à laisser leurs navires à quai.

Selon le Comité National des Pêches et des Élevages Maritimes, le prix du carburant en France vient d’atteindre le niveau historique de 1,30€/litre en métropole (hors Corse).  Pour de nombreux pêcheurs, il est impossible qu’une sortie en mer devienne rentable à ce coût.

Puisque la pêche est une compétence exclusivement communautaire, les élus du Rassemblement National au Parlement européen (groupe Identité et Démocratie) appellent la Commission européenne à prendre ses responsabilités en adoptant plusieurs mesures d’urgence pour répondre à cette crise :

– débloquer immédiatement les sommes inutilisées du Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l’aquaculture (FEAMPA) afin de venir en aide aux pêcheurs en difficulté ; augmenter les plafonds d’aide par entreprise pour compenser les surcoûts engendrés par la hausse des prix du carburant ;

– Garantir une flexibilité des possibilités de pêche, en autorisant le transfert des quotas inutilisés en 2022 à 2023.

Ces mesures, combinées à celles que peuvent prendre les États membres (sur la baisse des taxes et des cotisations), doivent viser à protéger le secteur de la pêche et, de ce fait, la sécurité alimentaire de l’Union européenne, à l’heure où l’autonomie stratégique devient une question vitale pour tous les États membres