Communiqué de Presse du Front National

Le meurtre de deux femmes gendarmes dans un village varois par un individu déjà connu des services de police et de gendarmerie pose une fois encore la dramatique question du sentiment d’impunité qui règne chez les criminels et qui nourrit le phénomène de récidive.

Une fois encore, une fois de trop, l’homme qui a assassiné deux représentantes des forces de l’ordre se retrouvait en liberté alors qu’il était déjà connu pour des actes de violence et de délinquance.

Une fois encore, une fois de trop, la justice et les pouvoirs publics se sont montrés incapables de neutraliser un individu dangereux et de l’empêcher de commettre ces actes criminels.

Le Front National adresse à la famille des victimes ainsi qu’aux forces de l’ordre de nouveau meurtries par ce drame ses plus vives condoléances.

Il exprime sa plus grande inquiétude au moment où la gauche obsédée par l’angélisme et la culture de l’excuse, adresse des signes alarmants, en refusant de s’engager dans la construction de places de prison supplémentaires et en favorisant la dangereuse politique d’aménagement des peines qui revient ni plus ni moins à accorder un permis de tuer aux plus dangereux des criminels.

Il rappelle que seule une politique de tolérance zéro envers les délinquants couplée à la suppression des remises automatiques de peines et à la construction de 40 000 nouvelles places de prison, permettront de répondre efficacement au défi de la délinquance et d’endiguer définitivement le phénomène de récidive.