Communiqué de Mme Annika Bruna

Député français au Parlement européen, membre de la commission d’enquête sur le transport des animaux.

                                                                   

 

Arrêt des brosses en poils d’animaux : les industries cosmétiques s’engagent plus vite que le gouvernement !

 

Une grande firme de produits cosmétiques vient d’annoncer qu’elle n’utiliserait plus de poils d’animaux pour confectionner ses brosses et ses pinceaux de maquillage. Des poils synthétiques remplaceront avantageusement les poils naturels.

Cette décision doit être saluée car les animaux élevés pour leurs poils, notamment les blaireaux, subissent de terribles conditions d’élevage mais aussi d’abattage. Des enquêtes réalisées par des associations de protection des animaux ont révélé que les blaireaux étaient capturés dans la nature ou élevés dans des cages et dans certains élevages ils sont mis à mort en étant battus et égorgés.

S’agissant des chèvres élevées pour leurs poils, les associations ont filmé des personnels les castrer, mutiler leurs oreilles et recoudre les blessures infligées par la tonte, sans anesthésie…

Ajoutons que ces élevages, pour certains intensifs, sont un milieu propice au développement de maladies, dont certaines peuvent être transmises à l’homme.

Annika Bruna appelle à ce titre à interdire toute importation de poils d’animaux, les industries cosmétiques ayant démontré que cet usage n’était plus ni nécessaire ni justifié.