Chaque année des millions de moutons et autres animaux sont égorgés lors de l’Aïd el-Kebir. En France, plus de la moitié des bovins, ovins et caprins sont tués selon un abattage halal, c’est-à-dire qu’ils sont encore conscients lorsqu’ils sont saignés.

Le Sénat français a publié un rapport au début du mois sur le développement de la radicalisation islamiste. Il examine le rôle du marché halal dans l’islamisation de notre société. Les conclusions sont choquantes, mais elles ne sont pas surprenantes.

Selon les experts entendus pour ce rapport, le marché halal se mondialise à mesure que le néolibéralisme et le fondamentalisme islamique fusionnent. L’une des expertes, Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue, chargée de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), déclare que halal «correspond ainsi à une démarche globale de réislamisation de la société.»

Elle explique en outre que c’est la pression de la communauté et non la loi islamique qui pousse les musulmans à choisir le halal.

Il faut aussi ajouter le rôle des gouvernements français consécutifs dans ce processus de halalisation. Le gouvernement français est complice dans la mesure où il continue d’autoriser l’abattage halal sans étourdissement, à la suite de dogmes multiculturels dépassés.

Pire, les autorités françaises stimulent même l’abattage halal en offrant des avantages fiscaux. Par exemple, avec une association de Mulhouse, où le secours palestinien propose de payer le sacrifice de moutons par des Palestiniens et à demandé le remboursement de 66% de la somme sur les impôts dus à la France !

Une large majorité de la population française n’approuve pas l’abattage sans étourdissement, pas plus que les vétérinaires. Et pourtant, ils doivent accepter que la barbarie continue, risquer d’acheter sans le savoir de la viande halal, et en plus subventionner indirectement ces activités.

La laïcité est écartée et remplacée par des traditions archaïques. Pourquoi le gouvernement n’intervient-il pas?

Cela ne devrait plus continuer. J’appelle le gouvernement à agir rapidement et de manière décisive pour mettre fin à la souffrance animale dans notre pays ainsi qu’à l’aggravation de la ségrégation halal.