Communiqué de Dominique Bilde, Député européen du Groupe Identité & Démocratie

 

L’offensive des talibans en Afghanistan rappelle à quel point ce pays sera devenu le symbole des « guerres interminables » dénoncées par le Président Donald Trump.

Ainsi, vingt ans de conflit armé auront abouti aux négociations de Doha et à une situation inextricable sur le terrain, l’armée afghane battant inexorablement en retraite. Corollaire logique : un véritable gouffre financier pour les alliés, de 1000 milliards de dollars aux États-Unis et de plus de trois milliards d’euros pour la France, s’agissant du seul volet militaire.

Les chiffres de l’aide internationale donnent également le tournis. Selon l’OCDE, l’Afghanistan trônait toujours à la deuxième place des bénéficiaires de l’aide publique au développement en 2018-2019. Quant à l’aide européenne, elle atteint 16,52 milliards d’euros depuis 2007, si on combine celle des États membres et de l’Union elle-même. Le tout pour des progrès rachitiques en matière de droits des femmes et une situation économique désespérante, marquée notamment par une production d’opium qui continue de battre son plein.

C’est sans compter les accusations de malversations portant sur l’aide internationale contre la COVID-19, sur lesquelles j’ai interpellé la Commission européenne.

Reste une dernière conséquence de taille pour l’Europe : une exceptionnelle vague migratoire, alors même que les Afghans constituent déjà le deuxième contingent de demandeurs d’asile dans l’Union européenne. En la matière, j’ai à plusieurs reprises alerté sur l’inefficacité de l’accord conclu avec l’Afghanistan en 2016 et renouvelé récemment. À présent au pied du mur, les Européens ne sauraient cette fois se contenter de demi-mesures. Notre sécurité en dépend.