Communiqué de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais

5768 lits d’hospitalisation supprimés en pleine crise sanitaire : le gouvernement coupable et incapable

 

En décembre dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait déclaré la main sur le cœur que le « dogme de la réduction des lits » d’hospitalisation était abandonné et que « tous les plans de réorganisation étaient évidemment suspendus » compte tenu de la crise sanitaire.

Une étude du ministère de la Santé publiée ce mercredi 29 septembre vient d’envoyer un cinglant démenti au ministre du Covid-19 passé maître dans l’art du mensonge et des manipulations. En effet, nous apprenons dans ce rapport officiel que pour l’année 2020, marquée par la lutte contre une pandémie inédite, 5758 lits ont été supprimés dans nos hôpitaux et que 25 établissements de santé ont été fermés « sous l’effet des réorganisations et des restructurations. » Plus inquiétant encore, l’entreprise de démolition de nos capacités hospitalières a été amplifiée par rapport aux années précédentes.

Pourtant, le gouvernement a imposé aux Français des mesures d’urgence exceptionnelles et des restrictions de liberté particulièrement dures, toujours justifiées par la nécessité de préserver nos hôpitaux de la saturation. Derrière les confinements, les couvre-feux, les fermetures brutales de commerces et la mise en place d’un pass sanitaire inégalitaire et de la vaccination obligatoire, l’exécutif a continué avec zèle ses politiques de rentabilité qui tuent à petit feu l’hôpital public.

Cette étude démontre une nouvelle fois que le gouvernement d’Emmanuel Macron aura été incapable, même face à une pandémie inédite, de s’extraire de son idéologie ultralibérale et comptable qui traite la santé de nos concitoyens comme une donnée marchande où les économies priment sur les vies.