Communiqué de Wallerand de Saint Just, Président du Groupe RN-IDF à la Région Île-de-France

A l’occasion de son Conseil d’administration du 17 avril 2019, Île-de-France mobilités (ex-STIF), le syndicat des transports franciliens, présentera son compte financier 2018 et le soumettra au vote des administrateurs.

Outre les considérations comptables du document, nous exprimons notre stupéfaction devant le montant des « charges exceptionnelles » s’élevant à environ 49 millions d’euros.

En regardant de plus près, on constate que 44 millions d’euros, sur les 49, ont été déboursés pour payer les forfaits de transport à tarif réduit aux bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat (AME), autrement dit, aux clandestins !

Au printemps 2018, la Cour administrative d’appel a en effet annulé la suppression de cette aide aux transports pour les clandestins. Suite à cette décision, le Conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités, présidé par Valérie Pécresse, décidait alors d’accorder une réduction de 50% sur les titres de transport pour les clandestins. Notre groupe du Rassemblement National, par la voix d’Audrey Guibert, administratrice à Île-de-France mobilités, s’était vigoureusement opposée à cette mesure.

Cette absurdité juridique et politique aura donc soustrait près de 45 millions d’euros au budget d’Île-de-France mobilité, sans compter la baisse des recettes liées que cela engendre sur l’offre tarifaire.

Dans un secteur où les besoins d’investissements sont plus que nécessaires au regard de l’état du réseau régional, il nous paraît scandaleux de charger d’une telle somme les dépenses du syndicat, cela au profit d’individus pourtant en infraction grave sur notre territoire.