Communiqué de presse de Michel Guiniot, Membre du Bureau Politique, Délégué national aux collectivités territoriales

Les effets collatéraux de la crise touchent maintenant directement et très durement nos voisins européens, Espagnols et Portugais dans leur vie quotidienne.

En Espagne, où la régionalisation des politiques publiques est extrêmement avancée, le budget de la santé, relevant des régions, devra être amputé de 7 milliards d’euros par an, pendant que se met en place la privatisation programmée des hôpitaux et des dispensaires.

Toujours en Espagne, ce sont 486.000 lignes de téléphones portables qui ont été interrompues en une année par les Espagnols, frappés par la récession.

Au Portugal, en 2012, en raison de la crise, les éleveurs de chevaux de race Lusitanienne n’ayant plus les moyens de les nourrir, à cause des coûts de l’alimentation animale, ont dû en abattre 2.800 !

Les Français vont malheureusement devoir vivre, demain, ce que vivent, aujourd’hui, les peuples Grec, Espagnol et Portugais.

Les politiciens qui avaient promis aux Français l’emploi, la prospérité, la sécurité, le progrès social grâce à l’Europe et à l’Euro, devront, un jour prochain, rendre des comptes à ceux à qui ils ont mentis et devront s’expliquer sur les politiques qu’ils ont menées et qui nous conduisent inexorablement au désastre.

Une fois de plus, le Front National et Marine Le Pen ont dit la vérité aux Français en réclamant pour la France la sortie de l’Euro et de l’Europe des technocrates de Bruxelles.