Tribune de Gonzague Malherbe, Conseiller Régional RN en Nouvelle Aquitaine

Le dimanche 13 Janvier 2019, l’association des musulmans de Libourne a l’intention d’inviter deux prédicateurs radicaux dans notre commune : Nader Abou Anas et Mehdi Bouzid.

Nader Abou Anas est un prédicateur bien connu en France puisqu’il fait régulièrement parler de lui par les propos scandaleux qu’il tient notamment à l’encontre des femmes. Ainsi en 2015, celui-ci déclarait publiquement au salon de la femme musulmane au Bourget : « les femmes vertueuses sont obéissantes à leur mari […] la femme ne sort de chez elle qu’avec la permission de son mari […] et qu’elle sache que les anges la maudissent toute la nuit dans le cas où elle se refuse à son mari sans raison valable ». Cette vision aux antipodes des valeurs occidentales prend sa source dans cette phrase prononcée par ce même Nader Abou Anas lors d’une exhortation aux musulmanes à porter le hijab* : « La musulmane n’a pas à vivre comme elle veut ». Tout un programme !

Signe de sa radicalité et de sa dangerosité : lors de sa venue dans le Rhône, il avait été dénoncé auprès de la Préfecture par l’imam Abdelouhed Bourekhis lui-même.

L’homme, qui explique à qui veut l’entendre qu’il est haram (interdit par l’Islam) de serrer la main aux femmes, qui voit dans la musique des « sifflements sataniques qui poussent à l’adultère et au libertinage », devrait être accompagné à Libourne par Mehdi Bouzid, lui aussi bien connu des services de renseignements pour ses propos homophobes.

Etonnamment, la photo de Mehdi Bouzid n’apparaît pas sur le tract… Cette absence laisse planer le doute quant au fait de penser qu’il s’agisse du même Mehdi Bouzid, imam d’Aubervilliers, connu pour sa proximité avec Cherif Kouachi, responsable de l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015.

Parce que cette réunion est une véritable insulte aux valeurs et parce qu’elle représente très clairement un trouble à l’ordre public, je demande au Maire de Libourne, Philippe BUISSON, ainsi qu’au Sous-Préfet, Hamel-Francis MEKACHERA, un arrêté interdisant la venue de ces islamistes à Libourne.

Par ailleurs, compte tenu du fait que l’association des musulmans de Libourne récidive en la matière, je demande ouvertement sa dissolution du fait des liens pour le moins ambigus qu’elle entretient avec des islamistes radicaux (Nader Abou Anas / Mehdi Bouzid / Amar Lasfar).

Enfin, étant donné la gravité des faits, je demande à Monsieur Omar N’FATI, Conseiller municipal de la majorité socialiste et membre actif de l’association des Musulmans de Libourne, de présenter sa démission du Conseil municipal. Il est en effet impensable d’imaginer qu’il ignorait l’organisation de cet évènement.

Face à l’Islamisme, soyons intransigeants pour défendre nos Principes, nos Valeurs et notre Identité.

* hijab : foulard islamique