Question écrite de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône

Depuis plusieurs jours, l’Algérie est en proie à des manifestations massives, suite à l’annonce du Président Abdelaziz Bouteflika de se représenter pour un cinquième mandat. Monsieur Bouteflika, victime d’un accident vasculaire-cérébral en 2013, n’apparaît que rarement en public et ne s’est plus exprimé depuis lors.

Le monde entier, lors de ses sorties, peut alors constater la faiblesse physique et intellectuelle d’un homme dont beaucoup d’observateurs affirment qu’il ne dirige plus le pays. Le Sénateur demande l’avis du Ministre sur les possibilités de commander au destin d’une Nation quand on ne peut presque plus parler ni bouger.

Le Sénateur rappelle que près de 21 millions d’Algériens sont âgés de moins de 25 ans, que beaucoup d’entre eux ont des proches et de la famille en France, facilitant ainsi leur installation chez nous s’ils le désiraient. Les guerres en Lybie, en Syrie et en Irak ont conduit à une arrivée massive d’immigrés clandestins : plus d’un million d’entre eux ont pénétré illégalement en Europe en 2015, au plus fort de la crise.

Le Sénateur souhaite savoir si le gouvernement redoute un scénario similaire en Algérie en cas de durcissement de la situation, engendrant une véritable ruée vers l’Europe et particulièrement vers la France et s’il envisage de prendre des mesures contre ce phénomène.