Communiqué de Christelle Lechevalier, Député Rassemblement National / ENL au Parlement européen

Ce 20 novembre est, selon le nouveau calendrier mondial, la journée internationale des droits de l’enfant. « Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. », déclarait en son temps Kofi Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Nous pourrions aujourd’hui rajouter ce qui autrefois était une évidence, qu’un enfant a également le droit de grandir avec un père et une mère.

Or à l’heure où le gouvernement français s’engage à légaliser la procréation médicale assistée (PMA) aux couples homosexuels et aux femmes célibataires, certains enfants se verront ainsi priver du droit à grandir dans un cadre familial traditionnel. Et l’on sait déjà que les progressistes ne s’arrêteront pas en si bon chemin. Si la PMA est adoptée à l’Assemblée nationale, la Grossesse Pour Autrui suivra. Pire, au nom d’un principe d’égalité dévoyé, la Cour Européenne des Droits de l’Homme obligera la France à autoriser l’accès aux mères porteuses pour les couples homosexuels. Cet engrenage funeste est, rappelons-le, la suite directe de la rupture civilisationnelle que représente la loi Taubira.

Avec le groupe ENL, je continuerai à m’opposer à ces dérives sociétales qui n’ont d’autres buts de satisfaire les besoins égoïstes de certains adultes au détriment de l’enfant, qui deviendrait ainsi un bien de consommation comme un autre. Entre le tout marchand et la protection de l’enfance, notre choix est fait.