Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen et vice-président du groupe Identité et Démocratie

En Italie, notre allié Matteo Salvini (Lega), poursuit sa politique de lutte contre l’immigration massive et vient de faire voter un décret aggravant les sanctions contre les passeurs de migrants. Dorénavant, les navires qui tenteront d’imposer l’arrivée de migrants clandestins en entrant sans autorisation dans les eaux italiennes seront frappés d’une amende pouvant s’élever à UN MILLION d’euros.

Cette mesure (et celles l’accompagnant dans ce décret, telles l’arrestation des capitaines et la saisie des navires) vise évidemment en particulier les navires des ONG prétendument “humanitaires”, notamment après que le Sea-Watch ait forcé l’entrée du port sicilien de Lampedusa en juin. Il est inacceptable que ces associations puissent ainsi narguer la souveraineté des États et imposer leur agenda idéologique, en se faisant de surcroît les complices d’un ignoble trafic d’êtres humains.

Il est du devoir des gouvernements européens de mettre en place les politiques nécessaires pour dissuader les migrants de prendre des risques en traversant la Méditerranée, pour tarir le juteux business des mafias et milices, et pour en finir avec le chantage émotionnel des ONG qui se font leurs complices objectifs. Alors que le gouvernement français veut imposer une nouvelle politique de répartition forcée des migrants et que le port de Marseille sert de base au navire de SOS Méditerranée, Matteo Salvini montre la voie de la politique qu’attendent les Français !