Communiqué de Stéphane Ravier, sénateur des Bouches-du-Rhône

Le 17 juin 2019, Jean-Claude Gaudin annonçait renoncer à l’ouverture d’une “salle de shoot”, où les toxicomanes peuvent se droguer en toute impunité, à Marseille devant notre mobilisation et celle des riverains du quartier de la Conception (5ème arrondissement). Ce matin, La Provence affirmait qu’une salle de ce type ouvrirait bien en 2020, à l’endroit déjà indiqué.

J’avais d’ailleurs prévenu en juin dernier dans un communiqué : “Jean-Claude Gaudin a sans doute été rappelé à l’ordre par ses “amis”, candidats à sa succession. Selon eux, il vaut certainement mieux attendre que les élections municipales soient passées. Evidemment, les héritiers de 25 ans de Gaudinisme tenteront de l’inaugurer en catimini”. Encore une fois, le Maire de Marseille et ses amis ont menti sciemment aux Marseillais . Encore une fois, nous avons eu raison.

Ces salles de shoot sont source de nuisances insupportables pour les riverains. Ces lieux d’intoxication légale détruisent la vie des quartiers : dealers et toxicomanes errent à proximité, des riverains se font agresser, des bagarres éclatent… Les exemples précédents, notamment à Paris, suffisent à l’illustrer. Les salles de shoot sont le premier pas vers la légalisation des drogues dures. Notre ville subit la loi des trafiquants : doit-on les aider ou les affronter ? Je m’étonne du silence assourdissant des héritiers de Jean-Claude Gaudin sur le sujet : oseront-ils, cette fois, désavouer leur maître ?

On ne négocie pas avec la drogue, on la combat. Marseille n’a pas besoin de salles de shoot : elle a besoin de policiers et d’ordre !