Communiqué de Nicolas Bay, député français au Parlement européen

Refaire de la France une grande puissance industrielle pour garantir notre indépendance ? Au plus fort de la pénurie de masques, en mars dernier, c’était ce que promettait Emmanuel Macron : “Il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance”.

Huit mois ont passé et le discours a changé. Interrogée sur France info ce matin, Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’Industrie, a déclaré : “Nous avons une vision européenne. Il ne s’agit pas de tout réimplanter en France”. Traduction : la réindustrialisation de la France se fera selon des règles fixées par Bruxelles et notamment selon le plan publié par la Commission européenne le 10 mars sous le titre “Une nouvelle stratégie européenne pour l’industrie” !

La vision fédéraliste de l’industrie en Europe est celle d’une répartition des industries et donc d’une interdépendance des nations. La crise actuelle montre les limites d’une telle vision qui ne ferait que conforter le poids de l’Allemagne dans l’économie européenne.

La relocalisation des industries, de toutes les industries nécessaires à notre indépendance et à notre souveraineté nationale, est un impératif et une priorité dans l’intérêt des Français comme des Européens, une Europe des nations libres ne pouvant se passer d’une France forte. On ne peut que constater que derrière les accents virils de mars, Emmanuel Macron et ses ministres retrouvent leur feuille de route eurobéate.